La grande démission, épiphénomène ou tendance de fond ?

http://systemelemaitre.com/?smerdit=rencontre-femmes-pres-de-chez-moi&84f=ff

La grande démission, épiphénomène ou tendance de fond ?

Si le phénomène de la grande démission impacte les Etats-Unis depuis plus de deux ans, la France est à son tour touchée de plein fouet par ce désamour pour le travail salarié et risque de faire face à des vagues de démissions. Dans une étude concernant le travail en mode hybride, Microsoft constate que près de 41% des salariés mondiaux envisage de démissionner dans les prochains mois. Selon une étude de PWC, ce sont près de 45% des salariés de la génération Z qui songeraient à quitter leur emploi. Quant aux millenials, 10% d’entre eux se disent prêts à renoncer à 10% de leurs salaires s’ils peuvent travailler à distance. Eloquent, non ?

Il va sans dire que nous comprenons alors pourquoi le marché du travail est complexe actuellement. Les difficultés de recrutement sont de plus en plus prégnantes, les ruptures de CDI, les ruptures anticipées de CDD toujours plus fréquentes.

Alors pourquoi de telles tendances ? Comment faire pour que dirigeants et salariés trouvent ensemble de nouveaux modes de fonctionnement ?

http://marmolejo.org/?sryvparawi=todos-los-hombres-coquetean-por-internet&d90=18 Origines et conséquences de la grande démission sur les entreprises françaises

Tandis que 73% des dirigeants français considèrent « The Big Quit » comme la première menace qui plane sur leurs entreprises, le mouvement entamé aux USA par des millions d’américains fait trembler l’économie. S’il devient de plus en plus problématique d’embaucher des salariés, conserver ceux qui sont déjà en poste s’avère tout aussi compliqué.

Désir d’indépendance, manque de reconnaissance de leurs compétences acquises, uberisation du travail, rejet d’un modèle économique parfois archaïque … les raisons de ce phénomène sont nombreuses.

Les collaborateurs recherchent un meilleur équilibre et ne veulent plus arbitrer sans cesse entre vie professionnelle et vie privée. Si les revendications salariales existent encore, elles sont passées au second plan, juste derrière les conditions de travail avec des notions de bien-être et d’équilibre. C’est donc tout un écosystème et un mode de fonctionnement bien rodés qui sont alors mis en péril.

http://simprof.pl/?myrka=jagoda-z-pierwszej-randki&066=01 Réaligner les modes de fonctionnement entre dirigeants et collaborateurs

Afin de conserver leurs salariés et de recruter les talents de demain, les dirigeants vont devoir :

  • prendre conscience des nouvelles attentes de leurs collaborateurs
  • remettre en question leur fonctionnement et mode de management
  • faire preuve d’agilité

Afin de mieux comprendre et appréhender ces grands changements sociaux catalysés par les confinements et le télétravail, il peut être intéressant que dirigeants et managers soient accompagnés par un coach. L’objectif de cet accompagnement est d’amener chacun à prendre conscience des nouveaux enjeux pour s’adapter au plus vite aux aspirations nouvelles des salariés.

Si, par le passé, le temps passé au bureau était presque aussi important que les résultats attendus, aujourd’hui, seul le résultat compte. Cela implique la mise en place de nouveaux modes de management, une communication plus transparente et surtout une confiance accrue envers ses collaborateurs.

Vous l’avez compris, il est urgent de s’adapter au risque de voir partir les collaborateurs auparavant investis et performants et de ne pouvoir attirer de nouveaux talents. L’ambition n’est plus forcément de « faire carrière » mais de se réaliser tant professionnellement que personnellement, une véritable quête de sens !